Obtenez votre copie



Voir aussi

La logique comptable

théorie du succès

Cours de mathématique

Extrait du livre :

La logique comptable



Introduction

Dans l’introduction de ce livre, il importe de répondre à une question capitale : pourquoi écrire un livre en comptabilité ?

La comptabilité est l'une des matières les plus importantes en gestion de l’entreprise. D'abord, du côté de la loi, toutes les entreprises ayant une certaine taille ont l'obligation de tenir une comptabilité complète. Elle constitue également une information cruciale pour d'autres matières de gestion (analyse financière, contrôle de gestion, etc.).

Les différents livres qui abordent la comptabilité ont la réputation d'adopter des explications compliquées et peu accessibles au large public ayant intérêt à étudier cette matière. De cette constatation est née l'idée de ce livre. Il se donne comme priorité la simplification des notions comptables de sorte à les rendre accessibles au plus grand nombre de personnes qui s'y intéressent, ou qui veulent tout simplement la découvrir.

En effet, il présente, avec originalité et simplicité, les notions de base du fonctionnement de la comptabilité en partie double. Le but est de mettre en évidence la logique derrière les démarches d'enregistrement comptable.

Dès lors, ce livre s'adresse en premier lieu aux débutants et ne requiert de leur part aucune connaissance préalable. Il est également sans nul doute d'une grande utilité pour les initiés, question de rafraichir la mémoire et découvrir un autre angle de vue de ce qu'ils savent déjà.

Chapitre 1. Comment lire un bilan ?

C’est quoi un bilan ?

Le bilan est un tableau qui résume les ressources et les emplois de l’entreprise. Autrement dit, il illustre l'image de ce que l'entreprise possède à un moment donné. Il est constitué de deux grandes parties : le passif, qui regroupe les ressources (les dettes) ; et l’actif, qui représente les avoirs acquis grâce aux dettes du passif.

contenu du bilan

Bien sûr, c'est tout à fait normal que, si le passif indique les ressources financières et l'actif ce que l'on en fait, le total de chacune des deux parties sera évidemment le même.

Pour bien comprendre le fonctionnement du bilan, on peut très bien, emprunter et appliquer la logique de ses écritures à des situations quotidiennes qui s'éloignent du monde de l'entreprise.

Voici un certain nombre d’opérations et leurs effets sur le bilan :

Opération 1 : j'emprunte 20€ que je mets dans ma poche. Dans cet exemple, l’emprunt de 20€ constitue une ressource qui doit être donc indiquée au passif du bilan. De l’autre côté, au niveau de l’actif, on doit préciser ce qu’on a fait avec les 20€. Dans ce cas, on les a mis simplement dans la poche, et c’est bien ce qu’il faut marquer au niveau de l’actif du bilan, qui s’établira en conséquence comme suit :

contenu du bilan

Opération 2 : j’achète deux livres, dont le prix est de 5€ chacun, et un sandwich à 5,5€. Je garde le reste de l’argent dans ma poche.

Dans cette opération, on utilise toujours la même ressource (emprunt de 20€) pour acheter tous les biens en question, ce qui fait que le passif reste intact. Par contre, ce qui change c’est l’actif, car on doit y inscrire les nouveaux biens achetés. Le bilan devient alors :

contenu du bilan

Opération 3 : je rembourse 4€ de mon emprunt.

Le remboursement de 4€ diminue notre emprunt inscrit au passif, ce qui donne le bilan suivant :

contenu du bilan

On dit que le bilan représente une image fidèle du patrimoine et de la situation financière de l'entreprise à un moment donné. En effet, ce bilan reflète simplement la situation du patrimoine après avoir effectué les différentes opérations précédentes. Ce bilan, par exemple, ne dit rien sur le remboursement des 4€. Toute autre action (opération), par la suite, peut modifier cette illustration (image).

On peut très bien continuer à inscrire au bilan d'autres opérations quotidiennes sous cette même logique.

Opération 4 : je prends un café à un 1,5€. Comme je n’ai en poche que 0,5€, le propriétaire du café accepte de prendre 0,5€ et le reste (1€) est à payer plus tard (crédit).

Le propriétaire du café m'accorde un crédit d'un euro, donc pour moi c'est une ressource qui s'ajoute aux autres dettes inscrites au passif du bilan. Dans mon actif, j'ajoute le café d'une valeur de 1,5€. Ma poche devient vide (0€) après le paiement d'un tiers (0,5€) du prix du café, les deux tiers (1€) restent une dette envers le propriétaire.

Après cette opération, le bilan se modifie de la façon suivante :

contenu du bilan

Vous constatez que, quoi qu'on fasse, l'équilibre entre le total du passif et celui de l'actif reste toujours respecté.

Cette logique d’écriture est la même au niveau de la comptabilité des entreprises. Cependant, la loi intervient pour organiser et mettre un peu d’ordre dans tout ça.

D’abord, il y a le plan comptable qui exige des entreprises une certaine forme de présentation unique applicable par toutes les entreprises ayant une certaine taille.

Chapitre 2. Fonctionnement des comptes en partie double

Présentation d’un compte en partie double

La présentation de chaque compte en comptabilité peut se faire sous forme d’un schéma en T avec deux parties, l’une enregistre les diminutions et l’autre les augmentations du compte en question.

contenu du bilan

Le débit d’un compte actif fait augmenter les AVOIRS.

Le crédit d’un compte du passif fait augmenter les DETTES

Il importe de noter à ce stade que toute opération effectuée entraine au moins deux mouvements dans des comptes distincts. Ces mouvements font en sorte que le total de l’actif reste toujours égal au total du passif.

Si nous avons effectué une opération qui fait augmenter un compte de l’actif (Exemple : acquisition d’une machine), on aurait généralement deux possibilités pour garder l'équilibre entre le total de l'actif et celui du passif :

- Soit une variation d’un autre compte du passif (Exemple : achat à crédit de la machine en question). Dans ce cas, cette modification sera nécessairement une augmentation au niveau du crédit du compte passif concerné ;

- Soit une variation d’un autre compte actif (Exemple : le paiement, par virement bancaire, de la machine). Dans ce cas, cette modification sera nécessairement une diminution du compte actif concerné.

Cela peut se résumer dans le schéma ci-dessous : contenu du bilan

Si on a une opération qui fait varier un compte, il faut toujours penser à faire varier un autre compte (au moins) de manière à ce que la variation en question maintienne l’équilibre entre le total passif et le total actif.

La meilleure façon pour comprendre ses mouvements est de s’entrainer avec des exercices.

Exercice d’application

Reprenons un peu les mêmes opérations précédentes, une à une, pour voir les mouvements engendrés dans chacune des situations.

La première chose à faire est de déterminer les comptes à modifier de sorte que l’équilibre entre le total de l’actif et celui du passif soit respecté.

Opération 1 : monsieur Dupond crée une entreprise avec un capital de 45 000€. Ce capital est déposé sur le compte en banque ouvert au nom de l’entreprise, comme la loi l’exige.

Dans cette situation, il est clair qu’il s’agit bien des deux comptes : « Capital » et « Banque »

- Donc, on a, d’une part, une augmentation des ressources par l’apport du capital. Comme il s’agit d’un compte passif, l’augmentation se fait au crédit (C) du compte en question comme suit :

contenu du bilan

- On a, d’autre part, une augmentation du compte « Banque » du même montant. Comme il s’agit d’un compte actif, cette augmentation s’enregistre au débit comme suit :

contenu du bilan

Le bilan qui en résulte est le suivant :

contenu du bilan

Opération 2 : l’entreprise emprunte 15 000€ pour une durée de 5ans. Cette somme est transférée sur le compte en banque de l’entreprise.

Les deux comptes en jeu sont « Dettes à long terme » et « Banque ». Le premier est un compte passif, le deuxième est un compte actif. Au niveau des deux comptes concernés, on a une augmentation, comme dans la première opération. On aura alors les mouvements suivants :

contenu du bilan

Le bilan devient :

contenu du bilan

Opération 3 : l’entreprise achète, en payant par la banque, les biens suivants :

- Une machine à 5 000€

- Du mobilier (un comptoir et deux armoires) à 2 000€

- Une camionnette à 12 000€

Le compte « Banque » diminue du montant payé (19 000€). Cette diminution s’enregistre au crédit du compte en question, car c’est un compte actif.

En même temps, cette diminution sera compensée par plusieurs augmentations, toujours, à l’actif du bilan :

- « Machines » : augmentation de 5000€

- « Mobiliers » : augmentation de 2000€

- « Matériel roulant » : augmentation de 12000€

Par conséquent, cette opération entraine les mouvements suivants :

contenu du bilan

Solder un compte

Que signifie solder un compte ?

On peut dire aussi « clôturer » un compte. Il s’agit tout simplement de mettre à égalité les totaux des deux parties d’un compte. Si le total inscrit au crédit du compte est supérieur à celui inscrit au débit, alors on parle d’un solde créditeur (SC). Dans le cas contraire, on parle d’un solde débiteur (SD).

Une fois qu’on détermine le solde d’un compte, on l’ajoute à la partie adéquate pour faire égalité entre le débit et le crédit du compte, comme dans le cas suivant :

contenu du bilan

Dans cet exemple, le montant de 41 000 est un solde débiteur puisque 60 000 (total débit) est supérieur à 19 000 (total crédit). D’ailleurs, le compte « Banque » est le seul compte de l'actif qui peut avoir un solde créditeur.

En règle générale, le solde d'un compte actif est toujours un solde débiteur et le solde d'un compte passif est toujours un solde créditeur.

Cette opération, de clôture des comptes, est pratiquement effectuée à la fin de l’année de l’exercice comptable. C’est bien ce solde qu’on apporte au bilan final.

Après l’opération 3, nous obtenons le bilan suivant :

contenu du bilan

Opération 4 : Pour le besoin de liquidité, l’entreprise retire 1 000€ et les met en caisse.

Dans cette situation, on a deux mouvements : le compte « Banque » qui diminue de 1000€ et le compte « Caisse » qui augmente du même montant :

contenu du bilan

Le bilan devient :

contenu du bilan

Vous constatez bien qu’on arrive au même bilan que la fois précédente en passant par des enregistrements dans des comptes en T.

Dans ce qui suit, on présentera quelques documents comptables avant de passer à un exercice complet. C’est bien grâce aux exercices que la logique comptable et les différentes notions puissent se clarifier davantage.



La suite du livre aborde aussi, avec la simplicité qu'il faut pour tout comprendre, les chapitres suivants :

Chapitre 3 : Le plan comptable

Chapitre 4. Les comptes de résultat

Chapitre 5 : D’autres documents comptables

Le Livre-journal

La balance des comptes

Chapitre 6. La taxe sur la valeur ajoutée (TVA)